24 et 25 avril à 20h30 « Le Songe d’une Femme de Ménage »

EVENEMENT ANNULE EN RAISON DE L’EPIDEMIE DE COVID-19

Dans le cadre de la Carte Première Chance

La Compagnie Telmah Okus Pokus (Marseille) présente

 

LE SONGE D’UNE FEMME DE MENAGE

Monologue expressionniste joué et chanté d’après Shakespeare et Beckett.

Tout public (accessible aux enfants à partir de 12 ans)

Mis en scène et interprété par Aurélie IMBERT

Régie : Aude DALLACOSTA

 

Telmah , une jeune femme de ménage polonaise est employée pour ses services dans un théâtre où se répète une pièce de William Shakespeare. Telmah peste contre les acteurs de la troupe qui laissent le théâtre dans un état épouvantable pendant qu’elle passe la serpillère peu soigneusement. Elle remet tant bien que mal pendant la nuit un peu d’ordre sur le plateau et dans les loges. Mais le sol est trempé et Telmah chute.

Chut !… La magie du théâtre opère et Telmah doucement entre dans la peau des personnages de Shakespeare par enchantement. Elle est tour à tour, Richard III , Lady Macbeth, Ophélie…Le monde entier est un théâtre !

Elle passe d’une émotion à l’autre, en voyageant dans cet univers shakespearien qui rend tout possible et jouer au théâtre n’est dès lors plus un rêve de femme de ménage immigrée, il devient réalité.

Telmah se métamorphose alors sous les yeux d’un public complice du jeu, du rêve et du verbe. Le pouvoir du théâtre les lie le temps de la représentation saupoudrée d’un songe d’été.

En interprétant des célèbres morceaux d’anthologies jusqu’à des réécritures personnelles rajoutées à l’œuvre de Shakespeare, Aurélie-Telmah offre aux spectateurs un moment Shakespearien peuplé de fantômes et de ses peines d’amours perdues. Le rêve opère jusqu’à une nouvelle chute de la femme de ménage sur le sol mouillé qu’elle lave entre deux répliques. Cette fois elle s’est fait terriblement mal et ne peut plus bouger. Elle reviendra donc sur un immense fauteuil roulant nous raconter son parcours de comédienne du temps où elle jouait du Shakespeare . Son corps est, empêché et elle perd la mémoire suite à ce coup sur la tête. C’est alors que nous assistons à un monologue émouvant où l’on se remémore les beaux jours de l’actrice , «Happy Days» devient « happy daze », une heureuse étourderie beckettienne et Shakespeare ici prend tout son sens à travers Beckett , Willie de Oh les beaux jours devenant Willie ….Willie Shakespeare.

Durée du spectacle : 1H 40

Réservations :

Pour le vendredi 24 avril : ici

Pour le samedi 25 avril : ici

 

What do you want to do ?

New mail

What do you want to do ?

New mail

What do you want to do ?

New mail

What do you want to do ?

New mail

What do you want to do ?

New mail

What do you want to do ?

New mail

What do you want to do ?

New mail

What do you want to do ?

New mail